L'ANIRIDIE

Qu’est ce que l’aniridie ?

Au sens littéral du terme, on la définit comme l'absence totale d'iris, mais dans la majorité des cas, on observe de minuscules collerettes ou brides iriennes très partielles.

L’iris est une membrane circulaire située dans la partie antérieure (avant) du globe oculaire, pigmentée donnant sa couleur à l’oeil, et percée en son centre d’un orifice où se trouve la pupille.

Il contient les muscles sphincter et dilatateur (qui contrôlent la fermeture et l’ouverture) de l’orifice pupillaire, lui permettant d’adapter la vision à la luminosité ambiante.

Parmi les pathologies rares de l’iris, il en est une dont l’atteinte génétique ne concerne qu’une personne sur 50 000 et que l’on nomme : L’aniridie

Pourquoi ?

L’anomalie se situe sur le chromosome 11 sur lequel se trouve le gène PAX 6 dont le rôle est primordial dans le développement embryonnaire de l’œil. Ce gène est muté (mutation) et/ou délété (mutation par délétion) au cours de l’embryogenèse de l’oeil.

La transmission de cette anomalie est autosomique dominante, c’est-à-dire que le gène anormal se situe sur un chromosome non sexuel et que la présence d’un seul gène suffit pour que la maladie s’exprime : par exemple, une personne atteinte a un risque de 1 sur 2 de transmettre la maladie ; contrairement à la transmission autosomique récessive où la présence de deux gènes anormaux est indispensable pour que la maladie s’exprime.

Pathologies associées

L’expression majeure de PAX 6 entraîne souvent d’autres anomalies telles que des hypoplasies (développement incomplet) de la rétine (rétine centrale) et du nerf optique ; une cataracte congénitale, un glaucome, une atrophie du corps ciliaire et une altération de la cornée.

Dans la majeure partie des cas, un nystagmus et un strabisme s’ajoutent au tableau clinique.

L’aniridie peut être associée à des syndromes, tels que :

Description clinique

Si le jeune enfant présente des pupilles très dilatées, faisant penser à une mydriase; s’il ferme très souvent les yeux, voire les garde fermés pendant les premières semaines de vie, lorsqu’il est face à une source de lumière; et si des mouvements des yeux, saccadés, linéaires (d’un côté à l’autre) ou rotatoires (qui tournent) s’ajoutent à la photophobie (éblouissement intense), les parents doivent nécessairement consulter un ophtalmologiste.

Pour en savoir plus

Résumé d'une étude canadienne sur l'aniridie
Description de l'aniridie par le SNOF
Description de la maladie par Orphanet

Réagir


  • CAPTCHA

Rechercher sur le site

Votre soutien

 

 

Golden Book/ Livre d'or Conférence Européenne

Espace Membre

Calendrier

« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Twitter

https://t.co/qRlmQ2kEKT
le 17/10/2018
Le réseau des Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) propose une enquête nationale de satisfactio? https://t.co/zoQ3SfVMzw
le 17/10/2018
Journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal Le groupe de parole des parents endeuillés par la perte d?u? https://t.co/nuEdh8S9s3
le 15/10/2018
Le coup de gueule de François Ruffin à l'égard des députés de la majorité qui ont rejeté une proposition de loi... https://t.co/Nz5HcU90yy
le 13/10/2018
https://t.co/ueteU7KYLV
le 12/10/2018

Linked In

Visiteur en ligne

    • Nombre d'invité : 0